• Documentation suite. Baby-boomers et postmortalité

    Références, individualisme, allongement de la vie et revendication d'immortalité, déni de la mort et rejet des vieux

     

    Documentation suite. Baby-boomers et postmortalité

                                                                                                                                                                                                                                         

    Rien d'original, ce sont des notes de lecture.

    Ici le blog fait fonction de bloc-note ouvert sans publicité mais ouvert. Je recueille différentes idées sur la situation inédite de la vieillesse de ma génération pour laquelle la mort est devenue une maladie du processus vital dont les causes doivent et peuvent être éliminées, au lieu d'incarner comme part le passé encore proche le destin de l'humanité. On pense ici à toutes les vanités et représentations de la mort depuis la Renaissance.

    1800: Xavier Bichat, fondateur de l'anatomie, définit "La vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort".

    1942: Le droit à la santé a été élaboré selon Foucault cité par C. Lafontaine, paradoxalement ou logiquement au contraire au moment ou l'industrie nazie de la mort tourne à plein. Plus de sacré, la mort perd son sens.

    La transition démographique dissocie l'image de la mort de celles des nouveaux-nés et des mères mortes en couche, le risque de mort périnatale ou précoce disparaît, la mort est désormais associée à la vieillesse.

    La génération des baby-boomers n'est pas préparée culturellement à affronter sa propre mortalité, "ce n'est plus du tout le vieux d'autrefois qui vieillit" (P. Yonnet cité par C;Lafontaine).

    Logiquement une philosophe C. Overall en vient à revendiquer le prolongement illimité de la durée de la vie.  Google engage des sommes très importantes dans la recherche de l'allongement de la vie en bonne santé avec la société Calico avec le projet "tuer la mort". Il n'est pas étonnant que cette démarche viennent d'un milieu d'informaticiens. En effet cybernétique et transhumanisme ont dès l'origine fait bon ménage. La convergence entre entre l'ensemble des sciences permet d'envisager une certaine maîtrise des facteurs qui commandent la vie mais trop tard pour moi.

    Le transhumanisme est un courant philosophique qui revendique non seulement le progrès individuel de chaque individu, actuellement toujours interrompu trop tôt par la mort mais le progrès de l'humanité.

    Certains théoriciens, comme Raymond Kurzweil, considèrent que le rythme du changement technologique est en train de s'accélérer et que les cinquante prochaines années verront apparaître non seulement des avancées technologiques radicales, mais aussi une singularité technologique, un point d'inflexion qui changera la nature même de l'homme43. La plupart des transhumanistes considèrent cette rupture comme désirable, mais mettent en garde contre les dangers inhérents à une accélération brutale du progrès technologique.(Wikipedia, lien plus haut).

    Et moi et moi!

    Documentation suite. Baby-boomers et postmortalité

     

    Mon malaise existentiel se diminue de me savoir à ce point représentative des problématiques actuelles mais il est également un peu déprimant de ressentir à quel point ma pensée, mes sentiments sont issus du terreau de mon temps. Pensez, pensez, vous ne serez jamais qu'une poussière aimantée qui s'ordonnera selon les axes au sein desquels elle est se meut/est mue. Je suis l'aiguille d'une boussole.

    La suite du livre de C. Lafontaine détaille différents courants philosophiques prônant l’amélioration des individus et finalement de la race humaine, voire sa transformation en cyborgs sans sexualité. Je passe. Plus intéressant pour moi, elle met en évidence derrière le langage scientifique, les technologies mises en œuvre, les mythes fondateurs et les rêves qui fondent des recherches très bien financées.

    Les technophiles luttent contre la mort. Technophile non technicienne, je suis dans ce cas. A vrai dire, il n'y a plus de définition de la mort faisant consensus, elles sont opérationnelles. Pour les occidentaux le signe de la vie est l'activité cérébrale, héritière de l'âme dans sa dualité avec le corps. Pour les Japonais l'ensemble du corps est le siège de la vie, le concept de mort cérébrale est moins admis.

    A nouveau je lis des passages très clairs sur la lutte contre le vieillissement qui mobilise tant de capitaux et le rejet connexe des vieillards.

    Notre société dénie la mort et rejette la vieillesse qui montre les stigmates de l'avancée des processus dégénératifs qui marquent les plus âgés (dont moi). La vieillesse devient une maladie, curable si possible, La maladie. Ici encore, je trouve la confirmation que le 3e âge est ségrégué avec une notation supplémentaire sur la mise à l'écart des mourants, vieux pour la plupart désormais.

    Bon, inutile de continuer à détailler, je sais où j'en suis. A l'interne je lutte contre la dégénérescence d'un corps avec lequel je m'identifie de moins en moins. Corps indocile, douloureux, qui m'impose l'humiliation de mal fonctionner. Ah les peines indicibles, inavouables endurées à cause d'un prolapsus!

    A l'externe, j'en parle quand même, par besoin de communiquer et provocation. Chez les plus jeunes, quel malaise! Dissimuler pour se faire accepter, cacher les signes de fatigue, être souriante et pleine d'allant quand le ventre vous impose des astreintes envahissantes. Ce serait le prix à payer pour l'acceptabilité.

    Garde-toi à droite, à gauche, garde-toi devant, garde-toi derrière! Lutte pour la vie, il n'est pas de vie digne sans performance. Lutte pour la performance! Plus vite! Un effort, ne sois pas paresseuse, ne te laisse pas aller!

    Dans la certitude de la défaite finale, ne perds pas l'honneur, lutte comme la chèvre de Monsieur Seguin dont l'histoire me fait toujours pleurer.

    Est-ce vraiment mon honneur de faire "bonne figure" jusqu'au bout?

     

    Sources:

    1. La société postmortelle de Céline Lafontaine, Seuil, 2008, recension par Le Monde

    - Auteurs cités par Céline Lafontaine (entre autres):

    Zygmunt Baumann, Mortality, immortality and Other Life Strategies;

    Michel Foucault, crise de la médecine ou crise de l'antimédecine in "Dits et écrits II";

    Paul Yonnet, Le recul de la mort t.1, L’avènement de l'individu contemporain;

    Marcel Gauchet, "La redéfinition des âges de la vie", Le Débat n°132, nov-déc.2004, p.27-44;

    Christine Overall, Aging,Death and human longevity,a Philosophical Inquiry, Berkeley, University of California Press, 2003

    Jérôme Pélissier, La guerre des âges, 2007, Armand Colin, Paris

    2.Google maître du futur, "Courrier international n° 1230 du 28 mai au 4 juin 2014, p.35 une citation de Larry Page: " J'ai le plaisir d'annoncer la création de Calico, une entreprise qui se focalisera sur la santé, plus précisément sur le vieillissement et les maladies qui apparaissent avec l'âge".

    Larry Page:"I’m excited to announce Calico, a new company that will focus on health and well-being, in particular the challenge of aging and associated diseases.  Art Levinson, Chairman and former CEO of Genentech and Chairman of Apple, will be Chief Executive Officer."  https://plus.google.com/+LarryPage/posts/Lh8SKC6sED1

     

    « Il ya des sites de rencontres spécialisés pour seniorsVieillesse- Vieillir une découverte »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :